De concert (Fleury -Mérogis, 2015-2016)
(traces d’ateliers de création textuelle et musicale)

6 janvier 2016

Les détenus ne viennent pas de bon cœur en atelier d’écriture. Sortis de cellule après des heures passées dans une boîte sans interstices, ils apprécient la promenade dans les couloirs, la salle commune où ils se sont retrouvés, la cigarette grillée à la fenêtre, l’absence des surveillants, les deux heures qu’ils ont devant eux et qui leur sont encore inconnues. Et dans cette envie d’absolument tout sauf d’écrire, je leur demande de poser des mots sur un papier. Ils ne le souhaitent pas. Je leur demande de me parler. Ils disent quelques mots. Je leur propose de défaire le chemin qui les a conduits jusqu’ici avec des si : « Si tu n’étais pas là, si tu aimais quelqu’un, si tu parlais à la vie ! »… Et là, je les vois qui prennent feuilles et stylos et qui écrivent, racontent, se soulèvent… L’atelier d’écriture est bientôt fini, on se salue avec la sensation que ce n’était pas vain. Une semaine passe et en revenant à l’atelier suivant, un détenu me tend une feuille de papier et me dit : « J’avais pas fini de dire ce que je voulais dire, j’ai continué en cellule, est-ce que tu veux bien le lire ? » Tout commence…

François Chaffin

Affichette d’appel aux ateliers apposée à la Maison d’arrêt



De Concert. Atelier de création artistique mené en 2015 à la Mai­son d’arrêt des hommes de Fleury-Mérogis par le Théâtre du Menteur, en partenariat avec  l’Orchestre Symphonique Divertimento.

Le Théâtre du Menteur mène depuis 2009 des ateliers de création artistique à la maison d’arrêt des hommes de Fleury-Mérogis (91), en lien avec le Pôle Culture du SPIP de l’Essonne et en partenariat avec la DRAC, la Région Ile-de-France, le Conseil départemental de l’Essonne, soutiens auxquels il faut ajouter en 2015 le Théâtre Paris-Villette et la fondation Un monde par tous.

Cette année, Céline Liger, metteur en scène et responsable du projet De Concert, a décidé de prolonger avec les participants de 2015 le travail d’écriture sur le thème de la vitalité mené par François Chaffin en 2014 à la Maison d’arrêt des hommes de Fleury-Mérogis. « La flamme est dans ma bouche », ce matériau textuel collectif a ainsi, dans un premier temps, été transmis, augmenté, discuté, retravaillé avec les nouveaux participants, lors de séances d’écriture (à nouveau dirigées par François Chaffin) devenant un poème collectif, socle commun portant les voix de ces deux « générations » de personnes détenues.

Il s’agissait ensuite d’installer un autre niveau de correspondance, au cœur même de la création artistique. Celui d’un rapport dialectique continu avec l’extérieur. Après avoir travaillé sur la photographie, l’image, les arts plastiques, lors de ses précédents ateliers, le Théâtre du Menteur décide cette fois d’associer textes et musique classique, en invitant l’Orchestre Symphonique Divertimento à participer à cette création singulière.

La rencontre entre ces deux groupes de participants (amateurs détenus et artistes et musiciens professionnels) a tout d’abord eu lieu lors d’un concert donné, sous la direction de Zahia Ziouani, au sein de la Maison d’arrêt des hommes de Fleury-Mérogis.

Puis cette correspondance artistique s’est construite au fil des séances, pendant deux mois.

Les artistes professionnels (auteur, metteur en scène, compositeur, musiciens) sont intervenus de façon concertée aux différents stades de la création (écriture, découverte de la musique classique, choix des morceaux, transposition, appropriation et création originale, mise en voix, mise en scène, enregistrements sonores) permettant ainsi aux participants de découvrir, d’être impliqués et accompagnés à chaque étape du processus.

Ce travail de création a donné lieu à deux restitutions publiques (rassemblant pour la première fois sur le plateau tous les interprètes : personnes détenues et musiciens de l’Orchestre Symphonique Divertimento), dans un premier temps « dedans », à la Maison d’arrêt des hommes de Fleury-Mérogis le lundi 25 janvier 2016, puis « dehors », au Théâtre Paris-Villette (lors du festival Vis-à-Vis, consacré à la création artistique en milieu carcéral, le 29 janvier 2016) pour un oratorio De Concert.

Nous avons travaillé de concert à la construction d’une œuvre textuelle et musicale, originale, pariant qu’il était possible, par-delà les murs, de faire circuler et se répondre les perceptions réelles et poétiques de la vie de chacun, pour créer un récit collectif.

 


 

De concert. Graphisme © Timor Rocks !

Couverture du livret







Lis-moi !
Un livret de 20 pages a été édité par la com­pag­nie pour cette occa­sion, et remis à tous les participants. Il offre une trace écrite du meilleur de cette création collective.
Nous en partageons ici une version PDF à feuilleter à l’écran (cliquez sur la couverture)…






Pour pas que ma vie ne rouille
Pas que ma vie
Pas que rouille
Pas moi non pas ma vie

J’appellerai ma fille
De tous ses noms d’amour
De tous les mots qui brillent
J’appellerai la nuit et puis le jour

Pour pas que ma vie ne rouille
Pas que ma vie
Pas que rouille
Pas moi non pas ma vie

Je resterai debout
Fier de mes victoires
Sorti de mon trou
Humble de mes histoires

Pour pas que ma vie ne rouille
Pas que ma vie
Pas que rouille
Pas moi non pas ma vie

Je ferai de mon corps
Un don pour la vie
Un obstacle à la mort
Un muscle qui grandit

J’écrirai dans un cahier rouge
Tous mes secrets mes orages
J’écrirai sur tout ce qui bouge
Avec le sang de mon courage.

(écriture collective)

 

 


 

« De concert » à l’affiche du festival Vis-à-vis proposé par le Théâtre Paris-Villette (extrait du programme)





Janvier 2016, restitution du cycle. Cet atelier a eu pour aboutissement un concert de mots, présenté le 25 janvier 2016 à la Maison d’arrêt des hommes de Fleury-Mérogis, puis le 29 janvier au Théâtre Paris-Villette, dans le cadre du festival Vis-à-Vis.

Voir cet article de compte-rendu : Vis-à-vis : de la prison à la scène















Artistes intervenants dans les ateliers
François Chaffin et Céline Liger (Théâtre du Menteur), Marcel (Orchestre Symphonique Divertimento).

Distribution
Musiciens de l’Orchestre Symphonique Divertimento : Fabienne, Fettouma, Henri, Marcel.
Participants détenus du bâtiment D3 de la Maison d’arrêt des hommes de Fleury-Mérogis : Amara, Cucaracha, Hassen Gazour, Hichem, Le, Loko, WW, Zépé.

Soutiens
Projet mené par le Théâtre du Menteur en partenariat avec l’Orchestre Symphonique Divertimento, la Direction Interrégionale des Services Pénitentiaires de Paris, le pôle culture du SPIP de l’Essonne, la DRAC Île-de-France, la région Île-de-France, le Conseil départemental de l’Essonne, la Maison d’arrêt des hommes de Fleury-Mérogis, le Théâtre Paris-Villette et la fondation « Un monde par tous ».

Édition du livret
Création et réalisation graphique : Timor Rocks !
Édité en janvier 2016 par le Théâtre du Menteur.