François Chaffin > écrits pour le théâtre

14 janvier 2014

Écrire à voix haute… des mots, des sons, des cris, gestes, griffures, asphyxies, des rythmes, des battements de cœur. Écrire un théâtre en lien avec le monde, en chahut avec ses habitants, et pour dire autrement les mouvements de nos vies, chercher une langue qui se dilate, une langue vivante dans une bouche remuée, qui mélange la poésie et les sabirs, métamorphose l’éloquence en un chant, ou en silence. Partir du réel, tourner autour, raconter à l’envers ; dire, tenter de dire les choses qui sont derrière les choses, chercher la pulsation, poésie énervée, mal polie, libérée de toute comptabilité, sortir nos histoires des mous ordinaires. Avancer, tomber en avant, recommencer, rire aussi…

Derniers textes publiés sur le site
NB : Il s’agit des dernières versions de travail avant création au théâtre, les versions définitives à la scène peuvent différer. Ces textes vous sont donnés en partage sous une forme facilement lisible (mise en page minimaliste, format A4, PDF téléchargeable), qui ne saurait se substituer à un travail d’édition plus complet (pour les livres édités, voir cette autre page).

  • Chargez le PDF Mange! (écriture 2012, création 2013, Théâtre du Menteur).
  • Chargez le PDF Comme le chien (écriture 2009, création 2012, Théâtre du Menteur).
  • Chargez le PDF Richard-le-Trois (écriture juin 2011, commande de Ches Panses Vertes, à découvrir sur scène par exemple à la Comédie de Picardie au printemps 2013).

Pour les textes plus anciens, nous contacter !

 

Liste des œuvres
« Mœurs d’une guerre » (1988), « Les cafards » (1990), « La petite Figaro » (1991), « Diabolo et Camélia » (1993), « Plus tendre est la baleine » (1994, aide à la création de la DTS, sélection catalogue Entr’acte SACD), « La morsure du citron » (1994, édité par Brocéliande, collection Les Petits plis, sélection catalogue Entr’acte SACD), « Ma Norvégienne, soluble dans l’eau » (1996, sélection catalogue Entr’acte SACD), « Minus, sept fois le Ciel » (1997, jeune public, bourse Beaumarchais, bourse d’encouragement de la DTS), « Les fourmis d’Abondance » (1998, commande du Conseil général du Pas-de-Calais), « Parabellum tombe à l’eau » (1999), « Fric is money » (1999, commande du Ministère de la Culture, Cie Interlude), « Tribord sans rire » (1999, commande de la Cie Ramdam théâtre), « Train de vie » (2000, commande de la Cie l’atelier de la Maloterie), « Minimum cosmos » (2000, jeune public), « Le miroir aux éléphants » (2001, texte écrit à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, aide à la création de la DMDTS), « Un indien dans le système » (2001, texte écrit à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon), « Auteurs de garde » (2002, co-écriture, écrit en résidence à l’hôpital de Bligny, éditions Brocéliande), « Les grandes bouches : petit meccano prophétique à l’usage des mal-vivants » (2003, texte écrit en résidence à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, éditions Lansman), « Le chant des brise-si » (2003, texte écrit d’après les œuvres issues d’un atelier d’écriture sur le web à l’échelle de la francophonie, édité par la ville de Palaiseau), « Le cabaret de la dernière chance » (2004, commande textes et chansons de la Cie Rollmops), « À six heures, avec six sexes dans six sacs » (2004, commande d’écriture du Ministère de la culture, Cie du Désordre, lauréat des journées des auteurs de Lyon 2004), « Jamais deux sans toi » (2004, jeune public), « L’humanité sans la tête » (2005, commande de Jeunes plumes & Cie), « Crocodile OPA » (2005, bourse Beaumarchais), « Jack » (2006, résidence d’écriture en hôpital psychiatrique, publié chez Le bruit des autres), « La première fois que la nuit est tombée » (2007, écrit en résidence à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, publié chez Le bruit des autres), « La gueule du loup » (2007, commande de Valérie Dassonville), « La mer à boire » (2008, commande de Claire Dancoisne, théâtre de La Licorne), « Prométhée, ou ces clous dans ma chair ne m’empêcheront pas de vous dire » (2008, commande du CDN de Béthune et de la Scène Nationale de Dunkerque, mise en scène Juan Conchillo), « Comme le chien revient à son vomissement », d’après « Les Bacchantes » d’Euripide (2009, commande de la Cie Ches Panses vertes, production prévue en 2011), « Nous sommes tous des dictaphones » (2009, bourse Beaumarchais), « Richard-le-Trois » (2011),« Mange! » (2012), « Entretiens avec la mer » (2013-2014).