Le démolisseur sur rendez-vous, et autres métiers rêvés

Le démolisseur sur rendez-vous, et autres métiers rêvés :
un side-project en écho à 51 mots pour dire la sueur

Dans la tradition des clichés de travailleurs posant avec la solennité de leur fonction, le photographe Ernesto Timor a entrepris une galerie de portraits d’anonymes en travailleurs fictifs. Chacun se présente à nous avec son prénom véritable et le métier imaginaire qu’il s’est attribué, incarnation éphémère d’une vocation impossible ou allusion grinçante au monde du labeur. La scène est sobre et plausible : rien de plus qu’un geste, un outil improbable, une façon d’être, un décor emblématique de la profession… lumières et décors naturels  !

Les textes complétant ces portraits sont signés François Chaffin, résonnant avec sa création de 51 mots pour dire la sueur, farce poétique et politique autour du travail. Pour quelques-unes dérivées du texte du spectacle, ces présentations de fantaisie se sont majoritairement inspirées des diverses personnalités photographiées…

(*) Au cours de saisons précédentes, sur ce même principe d’une création mêlant photo et texte en libre écho à une écriture théâtrale en gestation, nous avons notamment créé les Black Variations (en écho à Entretiens avec la mer) et les Salles d’attente (en écho à Je suis contre la mort). Des films photographiques qu’on peut toujours voir et ouïr là-bas

« Le démolisseur sur rendez-vous » (affiche du projet) © Ernesto Timor

L’exposition

Après une première exposition en janvier-février 2019 à la galerie du centre culturel de Nangis (77), ce projet est en recherche de nouveaux partenariats et lieux d’accrochage, qu’on se le dise !

Dossier complet sur demande

 


 

galerie évolutive



à suivre…