Bulletin de novembre-décembre 2018

Si nous étions au milieu du gué nous ferions bien attention à ne pas nous laisser emporter par les courants douteux des fausses bonnes idées et des certitudes confortables… Si nous étions au milieu du désert nous ne cesserions de chercher une étoile pour nous aider à aller vers… Si nous étions au milieu de nulle part nous aimerions qu’un(e) inconnu(e) nous prenne en sympathie et nous invite à jouer pour ses beaux yeux…

Bulletin de septembre-octobre 2018

Le demandeur : — Vous voulez me connaître mieux ? Le coach : — C’est ça. Le demandeur : — Savoir qui je suis ? Le coach : — C’est ça, oui, ce que vous faites !? Le demandeur : — Alors pourquoi ne pas me demander : “Et vous dans la vie qu’est-ce que vous êtes ?” Le coach : — … Extrait de 51 mots pour dire la sueur, de François Chaffin, création janvier 2019.

Bulletin de juillet-août 2018



C’est l’été !
À force de lumière la nuit
Il sera jour en plein théâtre
Le jour il fera feu dans nos histoires
Et sortis de toute mythologie
Un taureau caressera une sirène
Sur les plages de Corinthe
Où l’on préfère la toge au maillot de bain…
 
Citadin, rupestre, aquatique ou montagnard, les Menteurs vous souhaitent un été tout en voyage…

 

François Chaffin


51 mots (pas un de plus)

Le texte de 51 mots pour dire la sueur, à force de métamorphoses correctives, est enfin prêt ! À quoi ? Mais à passer l’été pour devenir voix, geste, action, transmission, tentative… Nous débuterons les répétitions en septembre, et nous en irons vers la création programmée au TAG (Grigny) au début de l’année 2019. En savoir plus

 

Toujours vivant(e)s
Nos lectures vivantes le Rire de Mai 68 et le Grand Vacarme (centenaire de la guerre 14-18) vont à nouveau sillonner les saisons, passant du festival des sept lunes à Lapte pour filer à Djibouti, Bruxelles, l’Essonne et s’en aller vers l’hiver prochain…

 

Bulletin de mai-juin 2018



Dans les chemins que nul n’avait foulés, risque tes pas !
Dans les pensées que nul n’avait pensées, risque ta tête !
Toute vue des choses qui n’est pas étrange est fausse !
Le bleu restera gris tant qu’il n’aura pas été réinventé !
L’imagination prend le maquis !
Le bonheur est une idée neuve !
Merde au bonheur : vivez !
Soyez réalistes, demandez l’impossible !
Mes désirs sont la réalité !
Aimez-vous les uns sur les autres !
Je jouis dans les pavés !
Jouissez sans entraves, vivez sans temps morts, baisez sans carotte !
La perspective de jouir demain ne me consolera jamais de l’ennui d’aujourd’hui !
Je rêve d’être un imbécile heureux !
Le vent se lève. Il faut tenter de vivre !
C’est pas fini… c’est pas fi… c’est pas… non ?… si ?… non ? !

C’était du temps que les murs criaient… Nos lectures vivantes le Rire de Mai 68 et le Grand Vacarme (centenaire de la guerre 14-18) sont sur les routes de France et de Belgique…


Il est temps de rire de nouveau  !
“Je me souviens de l’incendie des couleurs de l’aube, ma première nuit de liberté, première nuit d’occupation de l’école et du sentiment de vivre enfin qui s’élève à jamais…”. Le rire de Mai 68 est une forme légère pour deux acteurs et quelques échantillons sonores collectés au sein des archives de l’INA, restituant la tonalité insurrectionnelle des prises de position des étudiants et des ouvriers.  La tournée a débuté, à suivre au joli mois de mai et au-delà… En savoir plus

On n’a pas mâché nos mots
Dernière de Je suis contre la mort au  Périscope à Nîmes, un cycle vital qui s’est clôturé aussi avec des journées d’ateliers avec les habitants, avec la production de ce récit sonore, Ce matin, je me suis levé avec une de ces envies !…  A ouïr et visionner ici

 

Bulletin de mars-avril 2018

Photo © Ernesto Timor - Le printemps qui vient

Sous la terre déjà se faufile une fleur entre les boues fluo, se tortille la tige vers un ciel raréfié, sous lequel toujours s’épanouissent en abondance nos vieilles chicanes humaines et toute une grisaille mécanisée… Sous la terre une fleur se prépare à partager l’expérience de notre existence…

Et si le printemps nous venait comme une tempête  ?

François Chaffin



Lecture-spectacle qui résonne #1  : le Rire de Mai 68
“Je me souviens de l’incendie des couleurs de l’aube, ma première nuit de liberté, première nuit d’occupation de l’école et du sentiment de vivre enfin qui s’élève à jamais…” Anonyme. Le rire de Mai 68 est une forme légère pour deux acteurs et quelques échantillons sonores collectés au sein des archives de l’INA, restituant la tonalité insurrectionnelle des prises de position des étudiants et des ouvriers.  Une tournée étoffée s’annonce, nombreuses dates printanières à découvrir  ! En savoir plus

Lecture-spectacle qui résonne #2  : le Grand Vacarme
“Je regarde mes mains, ô ces mains toutes rouges  ! ma capote pleine de sang  !…” Édouard Lefort, Souvenirs de guerre. Le grand vacarme est une forme légère pour un musicien et deux acteurs, qui fait écho à la vie quotidienne des Français pris dans la tenaille du conflit de 14-18, où l’horreur le disputait à l’absurde. Cette lecture est disponible toute cette année 2018… En savoir plus

Lectures-spectacles sur un plateau
 Le Théâtre du Menteur présentera des extraits de ses lectures spectacles lors d’un plateau départemental réunissant les professionnels du réseau des médiathèques en Essonne ce jeudi 15 mars à 11h. Médiathèque Chantemerle, 84 rue Féray, 91100 Corbeil-Essonnes.

Je suis contre la mort sur les routes
Quelques dates encore pour cette saison, d’Oloron-Sainte-Marie à Nimes en passant par Amiens. En savoir plus

Je retrouve mes ailes
Reprendre confiance grâce au théâtre, le beau programme ! Cet atelier a été mené par le Théâtre du Menteur à Guyancourt en collaboration vec la Ferme de Bel Ebat et diverses structures d’aide de retour à l’emploi… Le fruit de ces travaux a été bravement offert en ouverture d’une récente représentation de Je suis contre la mort, une caméra a tout vu…  A visionner ici

Moteur(s) !
Avec un décalage variable selon les situations et les territoires, nous avons le plaisir de publier plusieurs vidéos issues de nos ateliers court métrage.
Fin 2017, une dizaine de jeunes de la ville de Verrières-le-Buisson ont écrit et tourné une vidéo d’une quinzaine de minutes, en partant d’une idée simple  : et si les adultes n’existaient plus… Le résultat s’intitule Disparu(es).  A visionner ici

Nous venons d’obtenir l’autorisation de diffusion d’un documentaire poétique réalisé avec des détenus de Fluery-Mérogis, à visionner en toute liberté ! Le vent ne fait pas de prisonniers est un projet de fabrique d’écritures visuelles, textuelles et sonores, enregistrées sur un support vidéo et imaginées par les détenus de la Maison d’arrêt…  A visionner ici

Bulletin de janvier-février 2018

Photo © Ernesto Timor - Adieu Thierry

Mon poteau Thierry est parti juste après Noël, il s’est offert l’immensité pour faire écho à sa voix…
De “Mœurs d’une guerre” en 1989 jusqu’à “Entretiens avec la mer” il y a peu, il a dessiné avec moi les jours et les nuits du Théâtre du Menteur, habité de sa vaste présence toutes les tentatives que nous avons faites ensemble pour que surgissent les choses qui sont derrière les choses.
J’aimerais vous dire que la vie continue…

François Chaffin



En slip avec les anges…
Thierry Barthe nous a quittés ce 27 décembre. Sa route était étroitement liée au Théâtre du Menteur depuis 1989…
Sa voix sur des photos extraites de nos archives, encore 3 minutes en sa compagnie… A visionner ici



Lecture-spectacle qui résonne #1  : le Rire de Mai 68 (création 2018)
“Je me souviens de l’incendie des couleurs de l’aube, ma première nuit de liberté, première nuit d’occupation de l’école et du sentiment de vivre enfin qui s’élève à jamais…” Anonyme. Le rire de Mai 68 est une forme légère pour deux acteurs et quelques échantillons sonores collectés au sein des archives de l’INA, restituant la tonalité insurrectionnelle des prises de position des étudiants et des ouvriers. En savoir plus

Lecture-spectacle qui résonne #2  : le Grand Vacarme (récits de vie et de mort durant la Guerre de 14–18)
“Je regarde mes mains, ô ces mains toutes rouges  ! ma capote pleine de sang  !…” Édouard Lefort, Souvenirs de guerre. Le grand vacarme est une forme légère pour un musicien et deux acteurs, qui fait écho à la vie quotidienne des Français pris dans la tenaille d’un con it où l’horreur le disputait à l’absurde. En savoir plus

Trois lectures de 51 mots pour dire la sueur en janvier-février
Cette farce poético-politique sur ce qui nous relie au travail (quand il est là, quand il s’en va, que nos bras baissent et que nos yeux n’y trouvent plus demain… à moins que…) se créera fin 2018 / début 2019. Mais c’est tout de suite que nous avons le plaisir de vous inviter à l’une des 3 lectures parisiennes que nous proposons en prologue à cet oratorio contemporain  ! Les 18 janvier (à 15h la sacd beaumarchais), 22 janvier (à 20h30 à l’atelier 44 et 15 février (à 15h au théâtre mouffetard). En savoir plus

Je crie ton nom  : vitalité, oralité, liberté  !
A partir de textes écrits au fil d’ateliers réalisés par la compagnie ces dernières années à la Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis par des personnes détenues, mélangés à des capsules sonores enregistrées par des enfants (dans le cadre d’un atelier organisé par le TPV), nous voulons mettre en voix et en mouvement une lecture-spectacle ou les mots fusionnent avec la musique électro-inventive du groupe Appat203, offrant sur scène un mélange bondissant des énergies propres au théâtre et au concert…
Restitution hors-les-murs, au Théâtre Paris Villette, dans le cadre du festival Vis-à-vis, le 26 janvier 2018 à 19h. En savoir plus

Bulletin de novembre-décembre 2017

Photo © Ernesto Timor - Les promesses de l'aube

Novembre. C’est un joli nom pour un mois. Les jours s’y font plus petits. La nuit plus allongée. Il fera froid, pluie, grisaille et, sous les assauts d’une météo adverse, nous, les gens, pareils à des chercheurs d’or, nous nous trouverons de profondes cabanes pour y recompter nos braises et espérer l’inattendu… C’est dire l’importance de la maison-théâtre pour survivre au réel…

François Chaffin



Lecture agitée
En 2018, cinquante années se seront écoulées depuis les événements de Mai 68. Le Théâtre du Menteur a choisi de faire vibrer encore l’espoir et l’énergie portés par cette révolte spontanée anti-autoritaire, de nature à la fois culturelle, sociale et politique, qui a constitué le plus important mouvement social de l’histoire de France du XXe siècle. 
Le rire de Mai 68 est une forme légère pour deux acteurs, et quelques échantillons sonores collectés au sein des archives de l’INA, restituant la tonalité insurrectionnelle des prises de position des étudiants et des ouvriers. Cette nouvelle lecture-spectacle peut se jouer en tous lieux (nous fournissons les matériels techniques) : bibliothèques, établissements scolaires ou de santé, centres culturels et sociaux, MJC, extérieurs…
Avant-première lors de la Ruée dans les box #3, à La Cavalerie vendredi 15 décembreEn savoir plus

Allez les verts !
Je suis contre la mort, dans sa petite forme binôme (acteurs et machines musicales), se joue à Saint-Étienne. À 20h30, les 15, 16 et 17 novembre, au Chok théâtre, 24, rue Bernard Palissy, 04 77 25 39 32).
Pour en savoir plus sur cette version de poche de notre concert de mots… 

Chant libre
Dans le cadre de notre nouveau projet de création avec des détenus de la Maison d’arrêt des hommes de Fleury-Mérogis, Je crie ton nom, nous lançons au Théâtre Paris-Villette des ateliers pour enfants. Dernières inscriptions !
En savoir plus

Bulletin de septembre-octobre 2017

Photo © Ernesto Timor - C'est mon anniversaire

Si le soleil te suit pas à pas comme un chien de feu,
Si le goût du sel habille tes salives et roule de nouvelles intentions,
Si ton ombre descend toujours des cimes (ou les rivières)
avec une certaine élégance,
Si la saison démarre et que tu n’en reviens pas encore…
(à part ça le Théâtre du Menteur a 30 ans !)

François Chaffin


Un site tout nouveau
Follement moderne ! ! C’est ce qu’est devenu le site du Menteur durant l’été. Après une brève relâche, réapparition en habits de lumière dont vous nous direz des nouvelles ! Que vous repériez un bug, ou vouliez nous faire part de vos critiques ou compliments, nous vous écoutons

Toujours vibrants
 C’est parti pour la 7e saison de la Cavalerie  ! Mais ne vous méprenez pas, l’équipe du Théâtre du Menteur va continuer à taquiner le raisonnable dans ce lieu atypique dédié à la création artistique, aux tentatives, au partage, à la convivialité, à la réflexion, au sensible et à l’audace  !… Première ruée le 13 octobre, avec une lecture en avant-première de 51 mots pour dire la sueur. En savoir plus

Nouvel atelier à Fleury-Mérogis : Je crie ton nom
Nous mettons en place un nouvel atelier de création à la maison d’arrêt des hommes de Fleury-Mérogis, selon notre principe habituel de dialogue avec d’autres participants au “dehors”, cette fois des familles de détenus. Rendez-vous au dernier trimestre 2017 pour une première restitution dans l’enceinte de la prison, puis une seconde au théâtre Paris-Villette, dans le cadre du festival Vis-à-Vis. En savoir plus

Bulletin de juillet-août 2017

Photo © Ernesto Timor - Réparer fenêtre

Fin de saison. Bon, la partie est belle, rien ne s’immobilise vraiment, nous dérivons vers une autre rive. Parfois nous tentons de faire des petits trous dans le temps pour y déposer de l’humeur, et nos lassitudes, nos inquiétudes. Parfois une autre saison nous accueille, et déjà nous sommes ailleurs. Tant mieux si c’est l’inconnu. Une création  ? J’observe que la terre tourne autour du soleil. J’ai envie d’en faire autant…

François Chaffin


Follement moderne
C’est ce que va devenir le site du Menteur durant l’été. Fermeture de quelques jours en août, pour une réapparition en habits de lumière dont vous nous direz des nouvelles !

A l’heure du 51
 Y aura-t-il de l’anisette ? c’est le détail qui reste à voir. Ce qui est certain c’est qu’on servira des mots à foison dans cette lecture apéritive surprise de 51 mots pour dire la sueur que le Théâtre du Menteur propose à Avignon pour une date unique : jeudi 13 juillet !… En savoir plus

Horizon 68
Voilà qui ne nous rajeunit pas, ou peut-être justement que si. Le Théâtre du Menteur met en chantier la création d’une lecture-spectacle autour de Mai 68, création prévue pour janvier 2018. En savoir plus sur ce projet qui fleure bon le débordement…

Je crie ton nom
Nous mettons en place un nouvel atelier de création à la maison d’arrêt des hommes de Fleury-Mérogis, selon notre principe habituel de dialogue avec d’autres participants au “dehors”, cette fois des familles de détenus. Rendez-vous au dernier trimestre 2017 pour une première restitution dans l’enceinte de la prison, puis une seconde au théâtre Paris-Villette, dans le cadre du festival Vis-à-Vis. En savoir plus

Bulletin de mai-juin 2017

Photo © Ernesto Timor - Refuge public Et cette colère qui se reflète dans le dépit, cet égoïsme qui se calcule au plus petit, y a-t-il des représentations, des mots, des mouvements, des notes qui les dévient, les transforment  ? Une œuvre est-elle en capacité d’infléchir un jugement, d’apaiser une peur, de fouiller l’obscurité  ? C’est-à-dire peut-elle offrir plus… Lire la suite...