Je suis contre la mort, et alors…

Photo © François Chaffin
“Ça part en vrille, ça s’envoie en l’air, ça ne retombe plus…”

 

Je crie ma joie
Tu cries ta douleur
Il crie sa mère
Nous crions de concert
Vous criez au scandale
Ils crient à tue-tête
et pourtant ça joue…


Après une troisième semaine de résidence au centre culturel de Fleury-Mérogis, notre concert de mots, alliage des textes de François Chaffin (articulés par les bouches de l’auteur et de son partenaire de jeu Julien Defye), et de la musique électro-jaillissante du groupe Appat203 (Nicolas Verger et Olivier Métayer), notre concert de mots donc semble trouver son équilibre entre théâtre et musique, entre textes à dire et paroles à scander.

Et il est fragile, cet équilibre, cette façon de jongler entre les codes du concert et ceux de la représentation théâtrale, cette manière que nous cherchons de faire sens avec la musicalité, de faire refrain et rythmes avec le verbe.
Depuis le milieu du gué où se trouvent nos répétitions, nous voyons maintenant d’où nous sommes partis, et où nous aimerions aller. L’art, c’est l’exercice, nous n’aimons pas baisser les bras, nous aimons bien monter le son. Donc, nous sommes en chemin, avec le pressentiment d’être dans la bonne direction, la note juste, le désir est là, il est encapsulé dans notre texte, dans la ferveur de notre musique, il nous apporte un remède pour résister encore aux marchands de sales nouvelles, aux prophètes du gris ordinaire et aux comptables qui domestiquent nos passions.

Je suis contre la mort raconte ça : cette énergie partagée pour rester nous-mêmes entre toutes les crises, pour ne se contenter de rien ni de peu, pour prendre le temps par où ça nous fera jouir.

A propos, l’histoire : c’est une fanfare qui débarque dans un hall d’aéroport, au beau milieu d’une tournée, pour prendre un vol. Ensuite ça s’explique moins bien, ça se tord un peu, ça part en vrille, ça s’envoie en l’air, ça ne retombe plus. Voilà, l’ai-je bien raconté ?

F. C.





Pour en savoir plus sur cette création : page du spectacle Je suis contre la mort