CREAC, kézako ?

En ce début 2019, nous entamons avec nos partenaires, la Région Île-de-France et le Théâtre Brétigny, une folle aventure de partage artistique qui va se poursuivre trois années durant, dans le cadre d’une Convention régionale d’éducation artistique et culturelle, en bref CREAC, un dispositif de la Région en direction des lycées. Des artistes… Lire la suite...

Vingtième jour de répétition de “51 mots…”

Grigny, le TAG, mi-décembre… Vingtième jour de répétition, les textes ne sont plus dans les mains, les mots infusent cœurs et nerfs, le cerveau devient reptile, les comédiens métamorphosent le réel, çà et là des lumières apparaissent, des costumes se dressent, des musiques éclatent entre les tintements des tubes fluorescents…… Lire la suite...

Ruée dans les box #2, décembre 2018
“Otto dans tous ses états”

    Ruée #2, vendredi 7 décembre 2018 à 19h30 Otto dans tous ses états Solo clownesque Tour à tour conférencier, magicien, inventeur, organisateur d’un anniversaire, Otto partage avec le public ses tentatives pour sortir de sa solitude…  – – – de et avec Hugues Joudrain chorégraphie : Aurélie Gourvès sous… Lire la suite...

Bulletin de novembre-décembre 2018

Photo © Ernesto Timor

Si nous étions au milieu du gué nous ferions bien attention à ne pas nous laisser emporter par les courants douteux des fausses bonnes idées et des certitudes confortables…

Si nous étions au milieu du désert nous ne cesserions de chercher une étoile pour nous aider à aller vers…

Si nous étions au milieu de nulle part nous aimerions qu’un(e) inconnu(e) nous prenne en sympathie et nous invite à jouer pour ses beaux yeux…

Mais nous sommes en chemin, où rien ne semble être le début, ni la fin ni le milieu, et peu à peu, pas à pas, 51 mots pour dire la sueur se charge de nous emporter vers la première fois…

François Chaffin

 


Le démolisseur sur rendez-vous, et autres métiers rêvés

En libre écho à la création de 51 mots pour dire la sueur, le photographe Ernesto Timor réalise une galerie de portraits d’anonymes qui figurent des métiers imaginaires. Il se présentent à nous avec leur nom et le métier qu’ils se sont choisi, incarnation éphémère d’une vocation impossible ou allusion grinçante au monde du travail réel. La scène est sobre et plausible  : rien de plus qu’un geste, un outil improbable, une façon d’être, lumières et décors naturels   ! Les textes accompagnant ces portraits sont signés François Chaffin. D’abord dérivées du texte du spectacle, ces présentations fictives se nourrissent par la suite de ce que lui inspirent les diverses personnalités photographiées, à la tête du client en somme… 

Le projet est bien avancé, et nous commençons à le dévoiler progressivement. Tous les 15 jours environ, un nouveau trio de portraits à découvrir ! Inscrivez-vous pour être informé des mises à jour par petit mailing spécial, ou profitez de la même chose au compte-gouttes via Facebook.
La galerie des indicrétions programmées est à retrouver ici…

 


Deuxième salve de répétitions de 51 mots pour dire la sueur
Après 16 jours de répétitions, et à un peu moins de trois mois de la première, les nouvelles sont bonnes : nous cherchons et nous trouvons, les théâtres qui nous accueillent sont chauffés, nous grignotons des ovocytes grillés du Bénin… Lire la suite

 

Toujours en route

Nos deux lectures spectacles se jouent ici et là dans les semaines à venir, et s’adressent tout particulièrement aux lieux non équipés qui aimeront commémorer avec force et audace ces deux événements marquants du XXe siècle.
Pour en savoir plus sur nos lectures vivantes : le Rire de Mai 68 et le Grand Vacarme (récits de vie et de mort pendant la guerre de 14-18).

 

 

Une nouvelle forme participative : le Gueuloir-Minute !

Le Gueuloir-Minute est une nouvelle formule de soirée participative proposée par le Théâtre du Menteur, qui sera proposée au fil de la saison 2018-2019 des Ruées dans les Box, au (petit) théâtre de la Cavalerie. Où vous découvrirez comment vos mots seront mis en nos bouches en quelques minutes ! Tout d’abord… Lire la suite...

Bulletin de septembre-octobre 2018

Photo © Ernesto Timor

Le demandeur : — Vous voulez me connaître mieux ?

Le coach : — C’est ça.

Le demandeur : — Savoir qui je suis ?

Le coach : — C’est ça, oui, ce que vous faites ! ?

Le demandeur : — Alors pourquoi ne pas me demander : “Et vous dans la vie qu’est-ce que vous êtes ?”

Le coach : — …

Extrait de 51 mots pour dire la sueur, de François Chaffin, création janvier 2019.

 


La (très) bienvenue
Changement au sein de notre équipe : pour faire écho au départ de Clément Pichard (à qui nous souhaitons une belle vie !), Louise Romé apparaît, en charge de l’administration du Théâtre du Menteur. Pour la contacter : 06 84 55 25 66 ou production[[@]]theatre-du-menteur.com ou la page contact


Nouvelle création, ça démarre
Première semaine de répétitions de 51 mots pour dire la sueur à la salle Jacques Tati d’Orsay (35 jours de répétitions sont programmés en tout). Nous nous engageons collectivement sur les voies / voix de la création de notre nouvel oratorio, qui met en jeu les relations choisies ou subies qui nous agrègent au travail, ou plus précisément à l’emploi et à ses contextes structurels et humains… En savoir plus sur ce spectacle

 

Le rire de Djibouti
Dans le cadre de la programmation de l’Institut Français, nous jouons notre lecture-spectacle musicale le Rire de Mai 68 le 3 septembre à Djibouti : quand le voyage fait alliage avec notre raison d’être et de faire. En savoir plus sur cette lecture-spectacle