Reptile

— Et tout est venu de là
(d’un geste vague il montre autour de lui tout ce qu’il est incapable de nommer).
Venu de là… de la rencontre entre le chaos et une force éternelle qui s’appelle Éros.
Le ciel et la terre avec les océans tout ça est sorti de cette collision
et enfin l’existence parce qu’avant il n’y avait rien mais Éros était déjà là.
Il attendait. Et le temps passe.
Infiniment… 

— J’aimerais beaucoup faire sexe avec toi

— Pardon ?

— Si possible

— Si tu désires

— Si partage

— Si sauvage alors j’aimerais bien

— Bon. Oui. On fait sexe…

— Tour de magie !

— Ah ?

— Je te regarde. Tu es là. Déjà : magie.

— Mais…

— Car il y a un mais ?

— Oui. Je ferme les yeux.

— Bravo.

— Attention !

— Roulements de tambour…

— Je FERME les yeux !

— Hop !

— Ben ça ? !

— Tu es encore là.

— Mon Dieu !

— Magie. 

— Qu’est-ce qui te fait croire que tu m’aimes ?

— Tout

— Complètement tout

— Mes températures excessives

— Mes montées en tours

— Mes gaz

— Mon pouls qui s’énerve

— Mes adducteurs qui déconnent

— Absolument tout…

— Voilà d’où nous venons et qui nous sommes. Les résidus d’une collision. Les hommages collatéraux de l’amour. Son mouvement. Sa giclée. Un départ de feu…

— Alors pourquoi tout ce sang ?

— Pourquoi choisir le cœur si c’est pour viser dedans ?

— Vous dansez ?

— De quelle musique parle-t-on ?

— Elvis Piaf

— Elvis Piaf ? !

— Oui

— Je danse…



À la croisée du théâtre et de la musique, Reptile est un concert de mots qui fait écho au désordre de l’amour, à nos pulsions de vie et de mort, vibrantes d’énergie, de chaos et de vitalité !
En nous plongeant dans les entrailles d’un studio d’enregistrement, où se mélangent les voix du cinéma et des textes sauvages soulevés par les micros, Reptile est un oratorio électrique offrant voix et mouvements à cette force primitive qui nous traverse le coeur et nous transporte au-delà de toute raison..

Mon amour, j’ai battu deux milliards huit cent quarante neuf millions de fois dans ta poitrine alors tu me dois bien ça : une vie du diable, rien de beige, rien que du beau, du tenté par le beau !

 

Retrouvez tous les articles de sortie de résidence au fil du temps, avec des humeurs, des espoirs, des images de répétition… : Reptile en résidence

Médias


 

 

Reptile, Théâtre du Menteur - photo et graphisme © Timor Rocks


Distribution

Durée 1h05

Texte : François Chaffin
Jeu : Céline Liger, François Chaffin
Musiques : Appat203 (Nicolas Verger et Olivier Métayer), Benjamin Coursier, Frédéric Chopin
Lumière et régie : Manu Robert
Dramaturgie sonore, scénographie, costumes : Les Reptiles associés
Collaborations mouvement et chant : Alexandre Thery et Chantal Dayan
Photos, communication graphique : Ernesto Timor
Administration et suivi de production : Louise Romé 

Partenaires de production

Production : Théâtre du Menteur

Coproduction et diffusion  : Amin théâtre / le TAG, Théâtre de Marcoussis
Autres partenaires de diffusion  : Le Grand Parquet (Paris), Théâtre Dunois (Paris), TVH (Bagneux), La Ferme de Bel Ebat (Guyancourt)
Le spectacle a reçu l’aide au projet de la DRAC Ile-de-France, de la Région Ile-de-France et de la SPEDIDAM.
La Cie est soutenue par la Région Île-de-France et le Département de l’Essonne.

 

Dates

Création
◗ 26 mars 2021, le TAG, Grigny (91)
◗ 3 et 4 juin 2021 à 19h : le Grand Parquet, Paris 19
◗ Avignon Off : du 7 au 31 juillet 2021, les jours impairs à 17h15, Artéphile

A visionner ou télécharger (pour les pros)

Ruée dans les box #1, octobre 2019
Charlotte Cézard, festival Les Automnales de la harpe

Ruée #1, vendredi 18 octobre 2019 à 19h30 Voyage avec Freyja Charlotte Cézard (harpe celtique) Festival Les Automnales de la harpe   À travers la musique, Charlotte et Freyja, sa harpe celtique, nous emmènent à la découverte des pays celtes, de l’Ecosse à l’Irlande, et jusqu’en Bretagne. Des danses traditionnelles, des histoires d’amour… Lire la suite...

Ruée dans les box #8, juin 2019
Boris Vian, la vie jazz

Je voudrais pas crever Non monsieur non madame  Avant d’avoir tâté Le goût qui me tourmente Le goût qu’est le plus fort… Extrait de Je voudrais pas crever. Ruée #8 : Boris Vian, la vie jazz Une proposition commune du Théâtre du Menteur et de Philippe Lacarrière (Au Sud du Nord)… Lire la suite...

Ruée dans les box #6, avril 2019
Le droit à la paresse

Le flyer de la soirée (recto). Ruée #6 : Le droit à la paresse une relecture électrique de Paul Lafargue Une proposition commune du Théâtre du Menteur et d’Au Sud du Nord Musique et humeurs : Philippe Lacarrière Voix et raffut : François Chaffin     Insoumis, polémiste, gendre de Marx, député, en fuite… Lire la suite...

Ruée dans les box #5, mars 2019
Ça s’est filmé près de chez vous

Ruée #5 : Ça s’est filmé près de chez vous Projection de films amateurs essonniens suivie d’une performance vidéo et lecture Une soirée proposée par CINEAM     Faire revivre les films amateurs tournés par les habitants, c’est la mission de Cinéam qui depuis 20 ans parcourt l’Essonne et ses environs à… Lire la suite...

Ruée dans les box #4, février 2019
Hors les murs, invitation à “51 mots…”

— Du travail ? — Je n’ai besoin de rien, merci.     Ruée #4 : invitation hors les murs 7, 8 et 9 février, 19h, Le Grand Parquet, Paris 19 février, 20h30, la Ferme de Bel-Ébat, Guyancourt (78) Infos et résa : 06 10 46 94 42 / celine.liger@gmail.com 51 mots pour… Lire la suite...

Ruée dans les box #2, décembre 2018
“Otto dans tous ses états”

    Ruée #2, vendredi 7 décembre 2018 à 19h30 Otto dans tous ses états Solo clownesque Tour à tour conférencier, magicien, inventeur, organisateur d’un anniversaire, Otto partage avec le public ses tentatives pour sortir de sa solitude…  – – – de et avec Hugues Joudrain chorégraphie : Aurélie Gourvès sous… Lire la suite...

Ruée dans les box #1, octobre 2018
Gueuloir-Minute

    Ruée #1, vendredi 12 octobre 2018 à 19h30 Gueuloir-Minute Le Gueuloir-Minute est une nouvelle proposition du Théâtre du Menteur, qui sera programmée de temps en temps dans les Ruées dans les Box. Où vous découvrirez comment vos mots seront mis en nos bouches en quelques minutes ! – –… Lire la suite...

Trois lectures de “51 mots pour dire la sueur”

Elle et lui : — princesse. cowboy. danseuse. super-héros. magicienne. cosmonaute. quand j’étais petit(e) je voulais devenir grand(e). pour que mes rêves dépassent la réalité… Telle est la première réplique de 51 mots pour dire la sueur de françois chaffin, une farce poético-politique sur ce qui nous relie au travail ; quand… Lire la suite...